VEND. 10/2 – LA SAGA DE GRIMR

BD CONCERT

@ LA MUSE DE BRESSOLS

Un partenariat Confluences – Rencontres littéraires, Eidos et Le Rio Grande

Tarif prévente : 12€ /// Tarif sur place : 15€

Avec le soutien de l’Office Artistique Région Nouvelle-Aquitaine.

DISTRIBUTION

Composition musicale et réalisation vidéo : l’Ensemble Drift

Sol Hess : guitares, basse ; Jérôme D’Aviau : batterie, clavier, glockenspiel ; Frédéric Cazaux : clavier, basse, harpe celtique, boîtes à musique et componiums, mélodica ; Marie Savignat : régisseuse son.

Scénario et dessin de Jérémie Moreau

VJ : Benjamin Lacquement

Création Lumière : Christophe Turpault

Chargé de production et de diffusion : Dominique Trento ; Directrice de production : Karine Esteban ; Photographe plateau : Pierre Planchenault

LA SAGA DE GRIMR

Création 2019/2020 par l’Ensemble Drift – D’après La Saga de Grimr de Jérémie Moreau – éditions Delcourt 2017. Fauve d’Or au Festival International de la BD d’Angoulême 2018.

L’idée d’adapter la Saga de Grimr en BD-Concert est née du désir de voir les planches féroces de Jérémie Moreau se libérer du papier et prendre vie dans un autre espace. La nature indomptable islandaise qu’il met en scène, semble en effet menacée à tout moment d’échapper au livre qui la garde. Il en va de même pour Grimr, son protagoniste orphelin, que l’envahisseur danois et le sort cruel tentent tant bien que mal d’anéantir. Doté d’une force impressionnante, la passion et l’amour l’animeront jusque dans sa perdition, et sa vitalité continuera à faire vibrer les volcans, bien au-delà de sa mort.

C’est cette énergie et cette ardeur là que l’Ensemble Drift tente de mettre en valeur dans ce spectacle, tant à travers l’adaptation vidéo, que dans la composition musicale, et leur interprétation live.

La Saga de Grimr convie à un voyage émotionnel dans le décor sauvage de l’Islande. Grimr va nous parler du poids de la filiation, de la violence de l’injustice, de la puissance de la Nature et de la force déraisonnable de l’Amour. L’instrumentation alternera entre instruments acoustiques et instruments rock, afin d’y puiser l’électricité nécessaire pour faire fuser toute la férocité volcanique du livre par le biais d’univers musicaux actuels qui nous sont proches : le post-rock, le post-punk, la no-wave…

Toute cette musique est jouée « Live » pendant la représentation. Et, comme la musique, « Live » est également le jeu de la vidéo. En effet, le vidéaste est présent sur scène, et manipule les images préparées par le biais d’instruments électroniques connectés à un logiciel de « vjing ».

Enfin, une attention particulière est portée sur la « mise en scène » afin de déplacer à des moments précis le regard du spectateur vers le plateau et vers les interprètes.